Banque Postale : lancement de sa banque en ligne

En France, le marché des banques en ligne connait un essor considérable. Toutes les banques prestigieuses ont lancé leur application mobile. La Banque Postale, n’en faisant pas exception, a lancé à son tour en juillet dernier la sienne, baptisée : Ma French Bank. Comme ses concurrentes, elle fait également dans l’anglicisme. En revanche, ce qui l’en différencie, c’est notamment sa non gratuité. En effet, à l’inverse de ses rivales, la Banque Postale exige un coût assumé de 2 euros par mois. Sa directrice générale, Alice Holzman, justifie ce choix par l’absence de frais cachés et la possibilité d’ouvrir un compte sur son Smartphone en une dizaine de minutes.

Présentation lapidaire de Ma French Bank

La nouvelle banque en ligne, filiale de la Banque Postale a fait son apparition sur le marché le 22 juillet 2019. Elle se présente comme une banque digitale participative s’adressant prioritairement aux jeunes. L’application ne se veut pas être l’énième néobanque, offrant les mêmes services que ses concurrentes. Elle n’a d’ailleurs été lancée qu’à la suite d’une série de tests stricts auprès de ses collaborateurs pour traquer les faiblesses et les défaillances dont elle en pâtirait. Ses principales caractéristiques :

  • Ma French Bank promet une ouverture de compte instantanée. Il suffit de se munir d’un simple justificatif d’identité et d’un numéro RIB. Dans la foulée, le client reçoit sa carte bancaire prête à l’emploi. En revanche, il faut d’emblée préciser que les bénéficiaires de cette carte ne seront pas en mesure d’utiliser les agences de la Banque Postale pour leurs transactions quotidiennes. De fait, toutes leurs opérations en ligne doivent être effectuées sur l’application mobile dédiée.
  • La Fintech permet une ouverture d’un compte sans condition de revenus.
  • Pour 2 €;, vous pouvez bénéficier d’un compte sans découvert, d’une carte Visa fonctionnant à l’international ainsi qu’une application mobile avec ses différents services au quotidien comme les retraits et paiements qui se font de manière illimitée et en toute gratuité.
  • Pour 2 €; supplémentaires par mois, vous pouvez accéder à d’autres services à l’instar des assurances complémentaires (protection de l’identité du client, les garanties liées à la livraison, etc.).
  • Ma French Bank propose également d’autres fonctionnalités qui ne lui sont pas au demeurant propres. Elle assure, par exemple, le suivi des opérations pas à pas, les virements gratuits par SMS, l’analyse circonstanciée de votre budget, etc.
  • Elle met aussi à disposition de ses clients des services entre proches. A titre illustratif, vous pouvez participer à financer un cadeau commun pour un proche, organiser un week-end entre amis ou encore accéder à la plateforme de financement participatif KissKissBankBank. L’avantage ici est de ne pas être obligé de passer par des applications externes pour financer de tels projets de manière collective et « communautaire ».
  • La néobanque n’a pas ménagé ses efforts pour séduire les jeunes connectés. Pour cela, elle a dépensé plus de 100 millions d’euros afin d’arriver à la maturité de son développement informatique.

Les fonctionnalités innovantes de Ma French Bank

Si la néobanque, Ma French Bank, regroupe l’ensemble des fonctionnalités pratiques de ses concurrentes, elle tente de s’en démarquer en proposant des fonctionnalités exclusives. Elle propose notamment deux services remarqués :

  • Ma Tirelire : il s’agit là d’une fonctionnalité qui vous permet de mettre de côté de l’argent à chaque fois que vous effectuez un paiement en ligne. Les transactions se font de manière automatique si bien que vous ne vous apercevez pas que vos économies grossissent subrepticement à l’intérieur de votre cochon virtuel. Evidemment, vous pouvez paramétrer votre Tirelire à votre guise : vous pouvez décider, en fonction de vos revenus et de vos dépenses, d’accélérer ou de ralentir le processus d’économisation, de faire une halte, de reprendre, etc. En cas de besoin, vous pouvez consulter à tout moment votre tirelire virtuelle et y puiser le montant désiré. Ce dernier arrive dans la foulée sur votre compte étant donné que votre Tirelire est associée à votre compte. Toutes les opérations sont totalement sécurisées.
  • Mon Extra Prêt : dans la vie, les imprévus sont innombrables et l’on sait jamais quand on a besoin urgemment d’une somme d’argent. Ainsi, pour financer un projet rapidement ou effectuer un achat urgent, Ma French Bank met à votre disposition un crédit renouvelable fort apprécié par les cyberconsommateurs. Vous disposez d’une totale liberté pour utiliser le prêt, où vous voulez, quand vous voulez. Autre avantage : vous remboursez à votre rythme et vous pouvez à tout moment modifié les modalités de remboursement. Cependant, il est important de s’assurer de sa capacité à rembourser avant de souscrire ce crédit renouvelable.

Le groupe Banque Postale s’adresse, au travers de ces deux fonctionnalités aux 28-35 ans afin de leur offrir plus d’autonomie au quotidien. Force est de constater que leur succès encourage les tenants de la néobanque à l’étendre ultérieurement au grand public. Dans tout ça, c’est un million de clients en 5 ans qui est visé.

Pourquoi la Banque Postale s’est digitalisée tardivement ?

À part quelques rares exceptions, toutes les banques se sont dotées d’applications mobiles. Si la Banque Postale s’y est mise tardivement, c’est pour prendre le temps d’offrir des services semblables à ses rivaux, mais plus encore, des fonctionnalités exclusives afin d’appâter les clients.

En outre, la banque en question dispose de deux fois plus de clients dépassant les 75 ans que ses concurrentes. Elle est, par voie de conséquence, contrainte à rajeunir sa clientèle et cibler en priorité les jeunes clients connectés.

Pour garantir le succès de son entreprise, la Banque Postale, par le truchement de son application mobile, s’évertue à proposer des atouts uniques. Il faut donc s’attendre que la néobanque, dans les années à venir, mette à profit des chéquiers pour ses clients, des offres de découvert, d’épargne, etc. En bref, la Fintech en puissance fera tout ce qu’il y a en son pouvoir pour révolutionner son secteur et proposer une offre complète en termes de services. À cet effet, rappelons que 100 millions sont consacrés à la constitution de l’application en ligne.

La newsletter des Professionnels

Inscrivez-vous et recevez les meilleurs articles et conseils directement dans votre boîte email !