Troisième pilier suisse VS assurance-vie française

L’assurance-vie française et le troisième pilier suisse sont des placements à terme qui permettent de recevoir l’argent (capital ou rente) à l’échéance du contrat. En général, ils constituent une prévoyance pour la retraite, aident à la réalisation d’un projet immobilier et facilitent une succession. Toutefois, des différences existent : l’assurance-vie est davantage perçue comme un investissement avec les détails de gestion que cela implique, tandis que le troisième pilier est avant tout une épargne soumise à diverses conditions.

Le troisième pilier, une épargne pour la retraite

Les salariés suisses cotisent à deux prévoyances obligatoires :

  • Le premier pilier est constitué d’une Assurance Vieillesse Survivant (AVS) et d’une Assurance Invalidité (AI). Il couvre le minimum vital à l’âge de la retraite et permet de protéger les survivants (conjoint ou enfant) en cas de décès de la personne assurée ;
  • Le deuxième pilier ou Loi de prévoyance Professionnelle (LPP) avec des cotisations réalisées dans le cadre professionnel.

Ces deux piliers couvrent environ 60 % du dernier salaire perçu. Pour compléter ses revenus et bénéficier d’un niveau de vie confortable à l’âge de la retraite, il est possible de cotiser à une prévoyance complémentaire facultative : le troisième pilier. Il s’agit d’une épargne qui se décline en plusieurs sortes de produits, proposés par les compagnies d’assurance et les banques. Pour trouver l’offre la mieux adaptée à sa situation, il est possible de recourir à un site sur le troisième pilier. En effet, il existe deux types de 3e pilier : le 3a qui est « lié » et le 3b qui est « libre ».

Troisième pilier 3a lié

Le 3ème pilier lié court jusqu’à l’âge de la retraite. Il est impossible de retirer l’argent avant cette échéance, sauf pour trois raisons bien déterminées (départ de la Suisse, achat d’une résidence principale ou accession au statut d’indépendant). Cette prévoyance est destinée aux salariés, le montant et la fréquence des primes sont fixés à l’avance. En revanche, les cotisations font l’objet d’une déduction fiscale.

Troisième pilier 3b libre

Dans le cadre d’un contrat 3b, vous pouvez cotiser à votre rythme, sans contrainte de temps ni de montant. Vous pouvez aussi retirer l’argent à tout moment. Ce troisième pilier peut être souscrit par tout le monde, même les personnes qui n’ont pas d’emploi régulier. Cette forme de troisième pilier est la plus proche de l’assurance-vie française, car il n’existe pas d’obligations légales à respecter.

Troisième pilier assurance et troisième pilier bancaire

Il est possible de souscrire à un 3ème pilier auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurance. Si vous optez pour un 3ème pilier lié auprès d’une banque, vous bénéficierez d’une grande flexibilité avec la possibilité d’arrêter les versements lorsque vous n’en avez pas les moyens. Il est également possible de retirer le capital avant l’âge de la retraite.

Auprès d’un assureur, vous êtes contraint de respecter les termes du contrat, mais en contrepartie votre placement est parfaitement sécurisé. La compagnie peut se charger de verser vos primes en cas d’incapacité prouvée, pendant une durée déterminée par le contrat. Tout est garanti : il y a un taux d’intérêt minimum, une somme garantie aux bénéficiaires en cas de décès, et un capital garanti à la retraite.

L’assurance-vie, investir au profit d’un tiers ou d’un projet futur

Indépendamment des cotisations sociales et des complémentaires en vue de la retraite, l’assurance-vie constitue un placement dans la durée, qui peut répondre à des objectifs très divers : faire fructifier son argent, épargner en vue d’un projet ou préparer sa succession. Le principal objectif est de pouvoir remettre l’argent épargné au bénéficiaire en cas de vie (échéance du contrat) ou de décès du souscripteur.

Il s’agit d’un investissement dont les conditions sont fixées librement avec la compagnie qui propose le produit. Il n’existe pas de contrainte de durée, vous pouvez souscrire pour 7, 10, 15 ans ou plus selon vos souhaits et vos objectifs, avec une reconduction tacite. Vous pouvez même contracter pour une durée viagère.

Concernant les versements, il est possible de payer une prime en une fois à la signature du contrat, ou plusieurs fois selon les modalités de votre choix : versements complémentaires libres ou programmés.

Différents supports d’investissement

Le souscripteur peut choisir parmi plusieurs supports pour essayer de faire fructifier son investissement.

Les fonds en euro

Ils s’apparentent à des épargnes classiques. Le rendement est garanti, mais reste très limité. Les plus performants produisent 2 % par an.

Les unités de compte

– Les diverses actions et obligations auprès des Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM), incluant les valeurs dépendants d’indices financiers (trackers) ;
– Les valeurs immobilières, qui se déclinent aussi en divers supports.

Selon le support choisi, il existe des risques de perdre de l’argent. En effet, dans le cas des actions, par exemple, s’il y a rendement négatif, le capital va diminuer en conséquence. Par contre, il est également possible de faire de bons rendements en misant sur des valeurs mobilières. Chaque souscripteur peut gérer son argent lui-même ou confier cette tâche à un professionnel (courtier ou société de gestion homologuée).

Frais à payer et récupération de l’argent

L’assurance-vie fait l’objet de plusieurs frais dont le souscripteur doit s’acquitter :

  • Le frais d’entrée et les frais à payer lors de chaque versement, qui peuvent atteindre 5 % de la somme ;
  • Les frais de gestion : ce sont les rémunérations de l’assureur, ils représentent 0,5 % à 1,5 % de l’épargne constituée ;
  • Les frais d’arbitrage, pour rémunérer le transfert des fonds d’un compte à l’autre, sachant qu’il est possible de le faire en vue d’optimiser les rendements de l’assurance-vie.

Il est toujours possible de retirer de l’argent sur son assurance-vie. Il existe trois principaux moyens pour récupérer la somme souhaitée :

  • Un rachat partiel, qui doit être effectué avec l’accord du bénéficiaire, et dont la valeur peut être très inférieure à la somme épargnée ;
  • Une avance pour un besoin ponctuel, qui peut être assimilée à un prêt réalisé sur la somme épargnée, car il y a des intérêts, mais qui permet de conserver l’assurance-vie ;
  • Les rachats partiels programmés, qui sont utiles pour les personnes désirant percevoir des rentes à l’âge de la retraite.

Caractéristiques du 3ème pilier et de l’assurance-vie en bref

Troisième pilier Assurance-vie
Sécurisé : il y a un taux technique garanti et souvent le capital dû à la fin du contrat est également garanti. Risqué : possibilité de perdre de l’argent, mais possibilité de faire de bons rendements également selon le support d’investissement
Contraignant : pour optimiser l’épargne constituée, il est important de réaliser des versements réguliers sur une longue période. Flexible : possibilité de retirer de l’argent à tout moment et de choisir des modalités de versements qui vous conviennent.
Avantages fiscaux : les cotisations sont déductibles sur l’impôt et le capital n’est pas soumis aux droits de succession. Avantages fiscaux limités aux droits successoraux.